loader

›  Fédéralismes, régionalismes & décentralisations

Fédéralismes, régionalismes & décentralisations

Le groupe de travail FéDéRé vise à rassembler les chercheurs, belges et étrangers, qui s’intéressent, quelle que soit leur discipline et leur approche, aux fédéralismes, régionalismes et mécanismes de décentralisation. Il a pour objectif d’initier et d’alimenter des débats scientifiques en Communauté française de Belgique sur ces objets dans une perspective interuniversitaire et interdisciplinaire.

Présentation

L’étude, mais aussi la pratique, du fédéralisme, du régionalisme ou de mécanismes de décentralisation a connu un regain d’intérêt au cours des dernières décennies. Les développements internationaux et géopolitiques ont notamment permis l’essor de revendications sub-étatiques qui n’avaient pas accès jusque-là au débat public, qui étaient inaudibles, réprimées ou proprement impensables selon les cas. On citera notamment les anciennes colonies dans les années 1960 et 1970 et les Etats issus de l’ex-URSS (ou jusque là « satellites » d’un des deux « blocs ») dans les années 1990. Le fédéralisme, le régionalisme ou d’autres modes moins poussés de décentralisation peuvent alors apparaître comme un système d’organisation de l’Etat capable de s’adapter à des entités multinationales, multiethniques, multiculturelles ou caractérisées par la présence d’une ou de plusieurs minorités dont l’existence est devenu politiquement signifiante. Ils peuvent également être promus ou mis en place dans une perspective de gestion efficace d’entités territoriales caractérisées par des réalités économiques, sociales ou géographiques spécifiques. Dans les pays en développement ou en transition, la décentralisation est par ailleurs une des voies privilégiées pour favoriser un développement adapté aux réalités locales dans le cadre d’un processus de démocratisation, de transition ou de mutation institutionnelle.

Les questions liées au fédéralisme, au régionalisme ou aux mécanismes de décentralisation sont donc au cœur d’agendas de recherche en science politique qui débordent largement le thème de l’organisation institutionnelle des Etats contemporains. Ces phénomènes intéressent toutes les spécialités de la discipline : la sociologie politique et les études électorales, la théorie politique, la politique comparée, l’analyse des politiques publiques ou encore les relations internationales et les études européennes. Les thèmes suivants permettent d’illustrer la richesse des sujets et la variété des dimensions des phénomènes socio-politiques liés au fédéralisme, au régionalisme et aux mécanismes de décentralisation :

  • impact des structures institutionnelles fédérales ou régionales sur les ressources et les contraintes des acteurs politiques et reconfigurations des acteurs politiques ;
  • dynamiques électorales comparées aux différents niveaux de pouvoir au sein d’un ensemble national ;
  • reconfiguration des frontières de concepts fondateurs de la discipline que sont l’Etat, la nation, le peuple ;
  • comparaison des dynamiques fédérales ou régionales d’un point de vue synchronique ou diachronique ;
  • réformes de politiques publiques, jeux multi-niveaux et usages politiques par les acteurs locaux, nationaux ou internationaux ;
  • développement d’arrangements institutionnels de nature supra-étatique – ou qui en partagent certains traits – d’inspiration fédéraliste ou régionaliste.

Le groupe de travail Fédéralismes, régionalismes et décentralisations se donne pour objectif d’initier et d’alimenter des débats scientifiques en Communauté française de Belgique sur ces objets dans une perspective interuniversitaire et interdisciplinaire. Il rassemble des politologues mais également d’autres spécialistes des sciences sociales ou juridiques des différentes universités de la Communauté française de Belgique ainsi que des collègues de la Communauté flamande et étrangers.

Il organisera une journée d’étude annuelle, ainsi que des événements scientifiques ponctuels (voir ci-dessous) et participera activement aux congrès de l’Association belge de science politique – Communauté française de Belgique, en particulier par l’organisation d’ateliers et de panels thématiques.

Newsletters

Chaque semestre, le GT FéDéRé publie une newsletter annonçant les événements et les publications dans le domaine du fédéralisme, du régionalisme et de la decentralisation.

Si vous souhaitez y voir apparaître vos événements et publications, n’hésitez pas à contacter les coordinateurs du GT FéDéRé.

Projets et actions

Coordinateurs

Le groupe de travail FéDéRé (Fédéralismes, régionalismes et décentralisations) est animé par quatre chercheurs affiliés à différentes universités de la Communauté française de Belgique.

 

 

  • Min Reuchamps
    Université catholique de Louvain
    min.reuchamps@uclouvain.be

 

  • Régis Dandoy
    Université catholique de Louvain
    regis.dandoy@uclouvain.be

 

Membres

Si vous désirez faire partie des membres de FéDéRé, recevoir notre newsletter et nos informations et être informés de nos activités, veuillez envoyer vos coordonnées aux coordinateurs.

  • Anissa Amjahad, Université Libre de Bruxelles
  • Pierre Baudewyns, Université catholique de Louvain
  • Frédéric Bouhon, Université de Liège
  • Régis Dandoy, University of Zurich / Université Libre de Bruxelles
  • Lieven De Winter, Université catholique de Louvain
  • Jérémy Dodeigne, Université de Liège / Université catholique de Louvain
  • Patrick Dumont, Université du Luxembourg
  • Sandrina Ferreira Antunes, Université Libre de Bruxelles
  • Stefaan Fiers, Katholieke Universiteit Leuven
  • André Leton, Institut d’études politiques de Lille
  • Jean-Gilles Lowies, Université Libre de Bruxelles
  • Geoffroy Matagne, Université de Liège
  • Bettina Petersohn, Universität Konstanz
  • Jean-Benoit Pilet, Université libre de Bruxelles
  • Johanne Poirier, Université Libre de Bruxelles
  • Min Reuchamps, Université catholique de Louvain
  • Giulia Sandri, Université catholique de Lille
  • Marie-Hélène Schrobiltgen, Université Libre de Bruxelles
  • Dave Sinardet, Universiteit Antwerpen
  • Audrey Vandeleene, Université catholique de Louvain
  • Ine Vanlangenakker, Katholieke Universiteit Leuven
  • Dieter Vanhee, Katholieke Universiteit Leuven
  • Caroline Van Wynsberghe, Université catholique de Louvain
  • Pierre Verjans, Université de Liège
  • Bram Wauters, Universiteit Gent / Hogeschool Gent
  • Catherine Xhardez, Université Saint-Louis – Bruxelles