loader

›  ST 26 | Serons-nous gouvernés par nos données ? Analyses des résistances à l’exploitation politique des big data

ST 26 | Serons-nous gouvernés par nos données ? Analyses des résistances à l’exploitation politique des big data

Responsable de la ST : 

  • Anaïs THEVIOT (Université de Rennes I) – atheviot@uco.fr

Appel à communications : 

Cette ST vise à interroger les résistances et formes de régulation qui émergent pour lutter contre l’exploitation des données personnelles. En effet, la donnée, en ligne ou hors ligne, devient une ressource clé de la gouvernance et représente à ce titre un enjeu politique fort.

Le travail sur les données a toujours existé, mais ce qui change c’est la massification de ces données –retranscrite par le terme « big data » -, rendue possible par le numérique. D’autant plus qu’on laisse de nombreuses traces en ligne sans forcément s’en apercevoir. De manière passive, nos données sont enregistrées. Les données circulent beaucoup plus qu’auparavant, notamment au sein des entreprises et des administrations, mais également entre entreprises et administrations. Les liens entre public et privé existent dans l’optimisation sur le travail des données et influeraient alors sur les modes de gouvernance. La donnée n’est plus uniquement utilisée pour quantifier la société et l’observer comme cela était le cas avec les statistiques ou les sondages, mais aussi pour la conduire. Les algorithmes font parler les données et permettent de « prédire » des comportements pour mieux les gouverner.

Les communications proposées pourront faire écho à trois principales questions de recherche :
– Comment sont fabriqués les algorithmes prédictifs et par qui ? Quelles sont les stratégies marchandes rendant relativement opérationnelles l’exploitation de ces données ?
– Quels sont les enjeux sociaux, éthiques et politiques à l’exploitation des données pour prédire des comportements ?
– Comment s’organise la régulation juridique et politique de l’exploitation marchande des données ? Quels sont les outils non-institutionnels mis en place pour protéger l’usage des données personnelles ?