loader

›  Transformations de l’État, transformations de la citoyenneté

Transformations de l’État, transformations de la citoyenneté

Organisateurs

  • Fournier, Bernard (VUB)
  • Oross, Daniel (Centre pour les Sciences Sociales, Académie Hongroise des Sciences)

Abstract

click here Face aux changements institutionnels, politiques et sociaux qu’impose la globalisation des enjeux modernes, l’idéal de citoyenneté connaît également de nombreuses évolutions. Même en s’en tenant à une définition strictement juridique, les sociétés modernes comptent aujourd’hui des ressortissants de statuts différents dont la présence exige des adaptations. Certains utilisent l’afflux récent de réfugiés en Europe, par exemple, pour questionner la structure de l’État-providence. La double nationalité, souvent signe d’appartenance biculturelle, pose parfois des problèmes au niveau de l’identité et même du rapport à la politique : ainsi, les jeunes turcs Belges sont parfois partagés entre l’exercice de leur droit de vote en Belgique ou dans leur pays d’origine. Les échanges internationaux, les mariages interculturels poussent de moins en moins les individus à s’attacher à un seul État.

Les États doivent donc s’adapter, s’ouvrir au multiculturalisme – voire au interculturalisme (Charles Taylor) – pour que « chaque citoyen se sente respecté pour ce qu’il est ; entendu dans ses attentes ; soutenu pour son avenir ; concerné par les valeurs censées s’appliquer dans son pays, etc. » (Hélène Romano, 2015). Dans plusieurs pays, les débats sur les « accommodements raisonnables » ont soulevé des passions (en particulier au Québec). D’un autre côté, en France, les débats sur « la laïcité », « les valeurs de la République » à la suite des attentats de l’an dernier n’ont pas permis de penser la pluralité citoyenne.
Globalement, ces appartenances multiples changent-elles les rapports à la socialisation à la politique dans ces États qui se transforment ? Si les phénomènes migratoires que l’on observe présentement se poursuivent à moyen terme, si la multiplication des échanges ou le transnationalisme ne cessent de se développer, assisterons-nous à un plus grand affaiblissement de l’État post-moderne ? L’inclusion politique des jeunes issus de l’immigration nécessite certainement, pour sa part, l’acceptation et la canalisation des nouvelles formes de participation politique dans les institutions démocratiques.

Cette section thématique sur les transformations de l’État vues sous l’angle des transformations de la citoyenneté a donc pour but de rassembler des chercheurs œuvrant dans toutes les disciplines de la science politique. Les contributions théoriques et les analyses empiriques comparatives sont les bienvenues.

Programme

Panel A – Lundi 3 avril, 10h-12h30 : Nouvelles citoyennetés dans les sociétés plurielles – 25 (bât.D – 2e étage)

Président : Bernard Fournier; Discutants : Patrice Bigombe Logo et Éric Savarese

go  

Panel B – Lundi 3 avril, 14h-16h30 : Des remises en question de l’État – 25 (bât.D – 2e étage)

Président : Dániel Oross; Discutants : Louise Ganon et Henri Ludovic Mboha Nyamsi

 

Panel C – Mardi 4 avril, 9h30-12h : Engagements démocratiques et citoyenneté – W203

Président : Franz Clément; Discutants : Vincent Tournier et Bernard Fournier

 

Programme aussi disponible en format PDF