loader

›  Penser l’Europe : formes de connaissances et transformations de l’espace politique européen

Penser l’Europe : formes de connaissances et transformations de l’espace politique européen

Organisateurs

  • Borriello, Arthur (ULB/University of Cambridge)
  • Duez Denis (USL-B)
  • Majastre, Christophe (USL-B)

Abstract

La section thématique propose de s’interroger sur l’apport de la science politique à la connaissance d’un espace politique européen émergent. Dans une perspective historique, l’émergence d’un espace politique européen est issue des changements qui ont transformé la nature même des États européens dans la seconde moitié du 20e siècle. Alors que cette émergence peut-être envisagée comme une réponse aux « crises » qui ont affecté la capacité de ces États à produire une régulation sociale et économique, les multiples crises européennes – économique, migratoire, démocratique – contribuent aujourd’hui à reconfigurer à la fois les relations entre les États membres et non-membres de l’Union européenne et les hiérarchies internes à l’espace politique européen.

La section thématique s’articule autour de deux axes. Le premier est consacré aux transformations de l’espace politique européen, tandis que le second propose d’interroger les formes de connaissances qui se constituent par et pour cet espace politique autour de la notion d’archive.

see url Le premier axe vise à comprendre la manière dont les crises européennes ont modifié le fonctionnement des politiques et les modes de gouvernance dans l’Union européenne. Il ne s’agit pas de se focaliser uniquement sur les politiques européennes mais également d’en mesurer les répercussions au niveau national, régional ou local. La crise a-t-elle transformé le fonctionnement routinier des instruments européens tels que les fonds structurels, la régulation des marchés ou des politiques sociales, la conditionnalité, etc. ? Comment les élites nationales ou locales ont-elles filtré les pressions européennes à réformer certaines politiques publiques dans le cadre de la gouvernance post-crise ? Il s’agit ici d’étudier la reconfiguration non seulement des politiques publiques, mais aussi, à travers elles, des rapports de pouvoirs.

En se centrant sur la notion d’Archive européenne, le deuxième axe ambitionne de construire un ensemble d’interrogations communes à des recherches récentes croisant sociologie des professions, sociohistoire des savoirs et sociologie politique des institutions, celles-ci ont exploré les sciences du gouvernement européen et les formes d’objectivation scientifique concurrentes du « projet européen ». La notion d’archive, forgée par Michel Foucault dans son « archéologie du savoir », renvoie à l’étude des « réseaux anonymes du savoir » et des « formations discursives ». Elle est ici mise au service d’un agenda de recherche de sociologie politique : en suivant les concurrences multiformes pour la construction d’une « archive officielle » et les conflits multiples qui se construisent à sa frontière, on se donne les moyens de penser sous un jour nouveau le processus par lequel « l’Europe » s’est constituée en réalité spécifique, constitutive d’un ordre de pratiques et de significations relativement stabilisé.

 

Programme

Panel A – Lundi 3 avril, 10h-12h30 : Politiques et gouvernance – 23 (bât.D – 2e étage)

Président: Arthur Borriello (ULB / University of Cambridge) / Discutant: Denis Duez (USL-B)

 

Panel B – Lundi 3 avril, 14h-16h30 : Discours et valeurs- 23 (bât.D – 2e étage)

Président: Oriane Calligaro (ULB) / Discutants: Virginie Van Ingelgom (F.R.S.-FNRS/UCL) & Florence Delmotte (F.R.S.-FNRS/USL-B)

 

Panel C – Mardi 4 avril, 9h30-12h : L’Archive européenne : Sociohistoire des formes de connaissance de l’Union Européenne – 112

Président: Christophe Majastre (USL-B) / Discutant: Florence Delmotte (F.R.S.-FNRS/USL-B)