loader

›  Aider pour changer l’Autre ou changer pour aider l’Autre ? Transformations des interventions internationales dans les contextes de fragilité

Aider pour changer l’Autre ou changer pour aider l’Autre ? Transformations des interventions internationales dans les contextes de fragilité

Organisateurs

  • Klimis, Emmanuel (USLB)
  • Leclercq, Sidney (UCL/ULB)
  • Martini, Jessica (ULB)
  • Matagne, Geoffroy (Ulg)
  • Vervisch, Thomas (Universiteit Gent)

Abstract

Les interventions internationales (humanitaire, aide au développement, sécurité) à destination des pays les moins avancés sortant d’un conflit violent ou d’une catastrophe naturelle se caractérisent, depuis une dizaine d’années, par une nouvelle réflexion visant à lutter contre les « situations de fragilité et de conflit ». La notion de fragilité, promue notamment par l’OCDE, a connu un essor au sein de la communauté du développement (Bouchet 2011). Fonctionnellement ambiguë (Nay 2013), elle permet de renvoyer à plusieurs registres, dont celui de la sécurisation et de l’efficacité de l’aide (OCDE).

On observe que les travaux menés au sein de forums internationaux comme le CAD de l’OCDE sont souvent en décalage avec les contraintes politiques et administratives des bailleurs de fonds. Les mécanismes techniques et financiers laissent par exemple peu de place à la souplesse et à l’innovation, générant des dilemmes, des contradictions et une posture de prudence s’appuyant sur une appréhension technique d’enjeux politiques. Cette prudence s’incarne notamment par l’adoption de mécanismes « incitatifs », par la libération progressive de fractions des budgets d’aide publique au développement soumise à l’atteinte de progrès en matière de gouvernance, selon des critères parfois hésitants (macro-économiques ou politiques), par une hésitation à « tenter l’aventure » de l’appui budgétaire. Néanmoins, on peut aussi observer des plaidoyers pour une évolution des approches, la construction de nouveaux outils et de nouvelles modalités, la nécessité de développer une vision politique (Thinking and working politically) et de construire les interventions en partant des problèmes et une adaptation constante au contexte (Problem driven iterative adaptation).

go here Cette section thématique accueille des communication théoriques et appliquées qui peuvent étudier différents acteurs (bilatéraux, multi-latéraux, bailleurs et partenaires de développement) ; modalités d’interventions (approches et instruments) ; secteurs (humanitaire, développement, sécurité, approche pangouvernementale) ; programmes ou projets spécifiques ; effets de transformation ou de résilience sur les contextes. Cette section thématique est ouverte aux collègues travaillant dans les pays concernés par ces interventions internationales. Les communications peuvent être présentées en français ou en anglais.

Programme

Panel A – Lundi 3 avril, 10h-12h30 – 12 (bât.D – 1er étage)

Président: Emmanuel Klimis; Discutants: Sidney Leclercq et Geoffroy Matagne