loader

›  Questions sociales – Conflits sociaux

Questions sociales – Conflits sociaux

 

Présentation

Le groupe[1] se propose de travailler sur la transformation de la dimension sociale des sociétés contemporaines. Alors que dans le cadre social-historique des sociétés industrielles européennes du 19ème siècle, le développement du social à travers la création et l’extension de multiples institutions (droit social, État social, Sécurité sociale, syndicalisme,…) a permis de donner corps et âme à la démocratie, il sera question d’étudier la signification politique des transformations sociales actuelles qui affectent tant la structure de l’État que celle des politiques publiques ainsi que les possibilités de mobilisation collective pour défendre des droits sociaux collectifs. Que devient le social lorsque sa transformation conduit à des mobilisations sociales intenses ? Quels liens existent-ils entre dimension sociale et conflit social ? La lecture dominante sur la société et ses transformations aujourd’hui chasse autant que faire se peut la dynamique du conflit social. Ce sera dès lors l’axe de travail qui sera privilégié dans ce groupe de réflexion.

Comment se décline aujourd’hui le conflit autour de la revendication et de la recherche de l’égalité sociale ? Comment se transforme le social (et ses multiples institutions) dès lors que l’essence égalitaire du projet de société se transforme en autre chose (égalité des chances, promotion de la diversité et du communautarisme, organisation de la reconnaissance des groupes et des individus sur la base de leurs « capacités »,…) ? Pourquoi le social devient-il subitement « actif » et quel est dès lors le contenu de ce « nouvel État social actif » ?

Mais aussi quelle place et quel rôle le discours politique, scientifique et médiatique attribuent-t-ils à la dimension conflictuelle des rapports sociaux ? Quelles grilles de lectures concurrentes à la thématique du conflit sont mobilisées pour rendre compte de la construction et de la reproduction des inégalités sociales ? Dans quelle mesure ces différentes grilles d’interprétation du social sont-elles réinvesties par les acteurs pour donner sens à leurs propres rapports sociaux ?

Le droit social naît en étant clairement en conflit avec le paradigme dominant du 19ème siècle de la responsabilité individuelle qui est le cœur du droit civil et proclame la nécessité d’une nouvelle grille de lecture : le contrat de travail n’est pas un contrat civil entre personnes égales mais un contrat qui organise une relation inégale. La mise à nu de l’inégalité sociale est au fondement du droit social. Quel avenir pour le droit social et les droits sociaux dès lors que cette inégalité n’est plus assumée en tant que conflit sociétal mais en termes d’inadaptation de populations-cible aux nouvelles nécessités de l’économie ?

Tout travail de retour sur l’histoire et ses conflits pour faire naître et reconnaître l’égalité sociale sera également bienvenu ainsi que les travaux analysant des situations hors Europe.

Le groupe de travail aura un souci égal pour réfléchir sur l’étude descriptive (études de terrains), théorique (études des grilles de lecture théoriques existantes) et méthodologique (confrontation et discussion de diverses méthodes d’analyse). Son principal objectif est de créer une communauté de travail scientifique de réflexion et de débat sur la/les question(s) sociale(s) contemporaine(s).

[1] Constitué par décision du CA de l’ABSP-CF du 14 mars 2006

Présentation des travaux

Ce groupe de travail s’est constitué en 2006. Il a connu quatre phases de travaux depuis lors.

La première phase s’est étalée sur deux ans. Après quelques premières prises de contact, le groupe s’est engagé dans l’écriture d’articles collectifs. Ce travail commun a abouti à la publication d’un ouvrage au début de l’année 2008 : Le conflit social éludé.

La seconde phase s’est déroulée pendant l’année 2009. Nous nous sommes concentrés sur la question de l’entrecroisement des rapports de pouvoir, question qui était restée en suspens pendant la première partie de nos travaux. Cela a ainsi débouché sur deux séminaires de lecture internes au groupe de travail, en juin et en octobre. Cette deuxième phase s’est clôturée par un séminaire de recherche organisé le 3 décembre, conjointement avec le groupe de travail Genre et politique de l’ABSP-CF.

Une troisième phase s’est ouverte début 2010 avec la préparation des travaux pour le 4e Congrès international des Associations francophones de Science politique. Le groupe a mis en place en avril 2011 un atelier thématique au Congrès intitulé : « Les salariés après 30 ans de ’réformes sociales’ : plus nombreux mais plus faibles ? ».

Une quatrième phase a commencé en 2012 avec la volonté de mener en parallèle trois programmes de recherche. Le premier programme porte sur l’analyse des conflits syndicaux remarquables en Belgique sur une base chronologique annuelle. Pour ce faire, des membres de QS-CS ont rejoint des chercheurs d’autres disciplines à travers un collectif de travail interuniversitaire ad hoc dénommé « Yanis GRACOS ». Il s’inscrit dans une volonté d’étude plus générale sur la transformation du syndicalisme. Le deuxième programme étudient les effets de la politique socio-économique européenne sur l’ordre légal interne des États. Pour ce faire deux panels thématiques ont été présentés lors du 5ème Congrès international du réseau francophone des Associations de science politique qui s’est tenu à Luxembourg les 24, 25 et 26 avril 2013 :

-L’urgence de l’austérité : quels effets sur les règles démocratiques en Amérique du Nord et en Europe ? panel_15.

 Ce thème et une partie des communications ont été publiées dans la revue en ligne Interventions économiques ;

-Européanisation et inertie des politiques sociales nationales panel_16.

 Le troisième programme débute en 2013 et a comme objectif la préparation collective d’un ouvrage de réflexion sur l’état de la contestation sociale en Belgique. Le congrès de l’ABSP en 2014 et le congrès du réseau international francophone de 2015 à Lausanne seront deux étapes importantes dans la préparation de cet ouvrage.

Coordinateurs

Coordinateurs 2013-2015

  • Jean Faniel
    Docteur en sciences politiques
    Directeur général du CRISP

 

  • Corinne Gobin
    Maître de recherche au FNRS, directrice du GRAID
    Institut de Sociologie de l’Université libre de Bruxelles

 

Coordinateurs 2011-2012

  • Jean Faniel
    Docteur en sciences politiques
    Chargé de recherche au CRISP

 

  • Corinne Gobin
    Maître de recherche au FNRS, directrice du GRAID
    Institut de Sociologie de l’Université libre de Bruxelles

 

Coordinateurs 2010

  • Aurélie Decoene
    Aspirante FNRS
    Université Libre de Bruxelles
    Groupe de recherche sur les acteurs internationaux et leur discours (GRAID)

 

  • Jean Faniel
    Docteur en sciences politiques
    Chargé de recherche au CRISP

Coordinateurs 2009

  • Aurélie Decoene

 

  • Vaïa Demertzis
    Conseillère en politiques sociales européennes
    GCSP

 

  • Laurence Noel
    Université Libre de Bruxelles
    Groupe de recherche sur les acteurs internationaux et leur discours (GRAID)

 

  • Sophie Stoffel
    Chercheuse post-doctorat
    Facultés universitaires Saint-Louis

Coordinateurs 2006-2008

  • Roser Cusso
    Maître de conférence à l’Université de Paris/Saint-Denis

 

  • Anne Dufresne
    Chercheur au GRAID
    Institut de Sociologie de l’Université libre de Bruxelles

 

  • Corinne Gobin
    Maître de recherche au FNRS, directrice du GRAID
    Institut de Sociologie de l’Université libre de Bruxelles

 

  • Geoffroy Matagne
    Chercheur à l’Université de Liège

 

  • Jean-Louis Siroux
    Chercheur à l’ANSO
    Université catholique de Louvain

Membres

  • Bernard Conter, chercheur à l’IWEPS ;
  • Vaia Demertzis, chercheure au CRISP ;
  • Anne Dufresne, chargée de recherches FNRS à l’UCL ;
  • Jean Faniel, directeur général du CRISP ;
  • François Fecteau, doctorant à l’ULB ;
  • Corinne Gobin, maître de recherches FNRS à l’ULB ;
  • Cedric Leterme, doctorant à l’ULB ;
  • David Paternotte, chercheur à l’ULB ;
  • Youri Vertongen, chercheur à l’UStL.

 

Appel à tout chercheur(e) intéressé(e). Le Groupe se penche sur les dynamiques structurelles qui modèlent la pratique de la contestation sociale en Belgique. Si vous êtes intéressé de venir présenter vos travaux au groupe dans le cadre d’un séminaire ad hoc, prévenez-nous.

Activités à venir / coming soon